vile-pastels-Gil-Elvgren-pin-up

{Version française après version anglaise}

Writing about pastel colours and Art invokes the usual suspects: the Impressionists, and their watery landscapes of pale dots and dappled sunsets. As an Art Historian, one of the first lessons you learn is to question everything. There are no coincidences in art works – unless you are an Abstract Expressionist or a Post-Modernist, in which case, you question the randomness of the uncalculated decisions in relation to the artist’s practice and autobiography.

Beyond what you literally see in the painting, the figures, the images on the canvas, there is colour. Crucial in their symbolic meaning, as well as aesthetic representation, colours can tell you more about the artwork and the artist’s intentions than the image on display. Colour association is a cultural construct that varies from continent to continent, however, widely accepted stereotypes are, red = danger, black=mourning/death, green= nature, etc. During the Renaissance, colour was especially important when depicting religious figures – the crushed, precious and incredibly expensive Lapis Lazuli, known as ultra-marine, was reserved for the blue of the Virgin Mary’s traditional dress. As the Mother of Christ, only the purest blue was acceptable – thus loading her painted representation with virtuous symbolism and authority.  The Pre-Raphaelites also preached the importance of colour in their works. Depicting beautiful, goddess-like women, surrounded by lush greens and bright gold, bathed in halos of light, Rossetti and his Pre-Raphaelite brothers celebrated the founding principles of their aesthetic bent – breathing life and realism into art, with vivid colours and symbolic props, often referring back to the Bible. The demi-goddesses were in reality mistresses, prostitutes, morally dubious women, but in Art, they were always redrawn as pious, sensual creatures, adorned in flowers, with strategically placed religious iconographic elements; a snake, an apple. The white of their skin suggested purity, the green vegetation a Garden of Eden, while Jane Morris, Rossetti’s mistress and muse, was often depicted in a regal blue, reminiscent of the Virgin Mary.

Colour association and the representation of Twentieth-century women

After the Renaissance-inspired piety of the Virgin Mary’s precious ultra-marine, and the bold elegy of the PBR’s (Pre-Raphaelite Brotherhood) fiery Nineteenth-century hues; what of the Twentieth Century? This is where pastels come in. One of the finest examples of female representation and the “psychology of colour” in Art is the work of American artist Gil Elvgren (1914-1980). As a starting point, Elvgren’s Pin-Up Girls are ideal, because not only do they lend a new definition to what we conceive to be the traditional associations with pastel colours, but they are also the physical embodiment of women, seen through a man’s eyes and painted by a man’s hand. Popularised during World War Two – the mass-produced and mass-circulated images of Pin-Ups have become the epitome of retro Americana. Elvgren began painting “pretty girl” pin-up calendars for Louis F. Dow, in 1937. His images of milky-skinned vixens in a variety of pastel-hued outfits quickly flooded America, with the American sweethearts later being used in advertising campaigns from the mid-1940s. Elvgren appropriated pastel colours and reinvented them, using the innocent Easter-egg hues to create a thin veneer of wholesomeness for the titillating sexuality that he was depicting. These All-American girls with their pink cheeks were vixens masquerading beneath saccharine hues, which lend their images an air of sweetness despite their provocative poses and flashes of stocking tops and knickers.

The Pin-Up image I was most interested in was the image of the brunette reclining on a big blue bed, swathed in pale peach, writing in her red diary. The bed and her naked thighs suggest a sexually-enticing motive; however it is subdued by the pastel tones of her dress and sheets. Ostentatiously and deliberately naked under her negligee, had it been black or a dark red, would it have seemed as innocent? The choice of pastel shades is apt, as our brains automatically perceive the colours as non-threatening. Dark colours usually suggest strong sexual undertones, however lighter colours suggest piety and innocence. The pale blue of the bed is also interesting as, in contrast with the vibrant, holy ultra-marine of the Virgin Mary; the pin-up, with her titillating sexuality and suggestive pose, borrows the positive, protective connotations of an even lighter, softer blue. The contrast created between the blue of the sheets and the bright scarlet of the diary, suggesting that there could be naughty secrets and confessions within it.

Pin-ups were adulated by their male audiences, revered for their apparent wholesomeness and their patriotic ideals. Elvgren’s calculated use of pastel tones turned deliberately provocative images into cultural icons – their naughty, sexy undertones camouflaged under softening, innocent shades of pastel blues and pinks. The influence of colour on Art, and interestingly, the representation of women, is undeniable. The very reputation of a woman can rest on a choice of shade – a black negligée would make the pin-up a vixen, but a pastel peach makes her a sweetheart. Traditionally wholesome pastel tones are subverted to give female sexuality a twist, thus breaking from a cultural stereotype.

Colour connotations and how women are represented in Art are a fascinating art historical thread, and next month I’ll be looking at female representation in Art as seen through the eyes of the female counterpart, and how a woman would interpret pastels in their work.


Vile Pastels: Les couleurs pastel et la psychologie des couleurs

Ecrire à propos de la relation des couleurs pastel avec l’Art invoque les suspects habituels : les Impressionnistes et leurs paysages aquarelle de points pâles et leurs couchers de soleil pommelés. Une des premières leçons que vous apprenez en Histoire de l’Art est de tout remettre en question. Il n’y a pas de coïncidences dans les œuvres d’art – sauf si vous êtes un Expressionniste Abstrait ou un Post- Moderniste, dans ce cas, vous remettez en question le caractère aléatoire des décisions non calculées par rapport à la pratique et l’autobiographie de l’artiste.

Au-delà de ce que vous voyez littéralement dans un tableau, les figures, les images sur la toile, il y a les couleurs. Leur signification symbolique étant cruciale, ainsi que leur représentation esthétique, les couleurs peuvent vous en dire plus à propos de l’œuvre et les intentions de l’artiste que l’image devant vous. L’association psychologique des couleurs est une construction culturelle qui varie d’un continent à l’autre, cependant, les stéréotypes sont largement et universellement acceptés; rouge = danger , noir = deuil /mort , vert = nature , etc. Pendant la Renaissance, le choix de couleur était particulièrement important lors de la représentation des figures religieuses – le Lapis Lazuli, précieux et extrêmement coûteux, connu sous le nom ‘ultra-marin’, était réservé pour le bleu de la robe traditionnelle de la Vierge Marie. Pour la Mère du Christ, seul le bleu le plus pur était acceptable – chargeant ainsi sa représentation sur la toile avec un symbolisme et une autorité vertueuse. Les préraphaélites ont également prêché l’importance de la couleur dans leurs œuvres. Dépeignant des ravissantes femmes-déesses, entourées de verdure luxuriante et d’or lumineux, baignées dans des halos de lumière, Rossetti et ses confrères préraphaélites ont célébré les principes fondateurs de leur pente esthétique – donner la vie et le réalisme à leur art, avec des couleurs vives et des accessoires symboliques, faisant souvent allusion à la Bible. Les demi- déesses étaient en réalité leurs maîtresses, des prostituées, des femmes au caractère moral douteux, mais dans l’art, elles étaient redessinées comme des créatures sensuelles pieuses, ornées de fleurs, entourées d’éléments iconographiques religieux stratégiquement placés; un serpent, une pomme. Le blanc de leur peau suggère la pureté, la végétation verte évoque un Jardin d’Eden, tandis que Jane Morris, la maîtresse et muse de Rossetti, a été souvent représentée habillée d’une robe d’un bleu majestueux, qui rappelle le bleu adulateur de la Vierge Marie.

Association des couleurs et la représentation des femmes au XXe siècle

Après la piété inspirée de la Renaissance avec l’ultra-marin précieux de la Vierge Marie, et l’éloge de la Confrérie préraphaélite aux tons étincelants du XIXe siècle, qu’en est-il du XXe siècle? C’est là que les pastels entrent en jeu. Un des plus beaux exemples de la représentation des femmes et la «psychologie de la couleur » dans l’art est l’œuvre de l’artiste américain Gil Elvgren (1914-1980). Les Pin-Up Girls d’Elvgren sont un point de départ idéal, car non seulement elles prêtent une nouvelle définition de ce que nous concevons comme les associations traditionnelles avec des couleurs pastel, mais elles sont aussi l’incarnation physique de la femme, vue à travers les yeux d’un homme et peintes par la main d’un homme. Popularisées pendant la Deuxième Guerre mondiale – les images produites et distribuées en masse des ‘Pin-Ups’ sont devenues l’incarnation parfaite de l’Americana rétro. Elvgren a commencé à peindre des calendriers de pin-ups pour Louis F. Dow, en 1937. Ses images de “sweetheart” américaines à la peau laiteuse dans une variété de tenues aux tons pastel ont rapidement envahi les Etats-Unis pour finalement apparaître dans des campagnes publicitaires à partir des années 1940. Elvgren s’est approprié des couleurs pastel et les a réinventées, en utilisant les teintes d’œufs de Pâques innocents pour créer une mince couche de salubrité pour la sexualité titillant qu’il représentait. Ces ‘All-American girls’ avec leurs joues roses étaient des renardes masquées sous des teintes sucrées, ce qui prêtaient un air de douceur à leurs images, en dépit de leurs poses provocantes et les aperçus suggestifs de leurs culottes.

L’image Pin-Up que j’ai trouvé la plus intéressante était celle de la brune allongée sur un grand lit bleu ciel, vêtue d’un ton pêche très pâle, écrivant dans son journal intime rouge vif. Le lit et ses cuisses nues suggèrent un motif sexuel cependant maîtrisé par les tons pastel de la robe et des draps. Nue sous son négligé, s’il avait été noir ou rouge foncé, l’image aurait-elle semblé aussi innocente? Le choix des couleurs pastel est pertinent puisque notre cerveau perçoit automatiquement les couleurs pastel comme étant non-menaçants. Les couleurs sombres suggèrent généralement des connotations sexuelles fortes alors que les couleurs plus claires suggèrent la piété et l’innocence. Le bleu pâle du lit est également intéressant, contrastant avec l’ultra-marin religieux de la Vierge Marie; la pin-up, avec sa sexualité et sa pose suggestive, emprunte les connotations positives et la protection d’un bleu au ton plus doux et encore plus léger. Le bleu contrastant merveilleusement avec le rouge écarlate de son journal intime, suggère des secrets et des confessions très coquins.

Les Pin-ups ont été adulés par leur public masculin, vénérées pour leur salubrité apparente et leurs idéaux patriotiques. L’utilisation calculée des tons pastels d’Elvgren ont transformé des images délibérément provocatrices en icônes culturelles. Leurs poses, sexy et vilaines, sont ainsi camouflées par d’innocentes nuances bleues et roses pastel. L’influence des couleurs sur l’art, et de façon plus intéressante, sur la représentation de la forme féminine, est indéniable. La réputation de la femme peut reposer sur un choix du ton d’une certaine couleur. Un négligé noir aurait fait allusion à une sexualité ouverte, mais un ton pêche transforme la femme en ‘sweetheart’. Les tons pastel traditionnellement considérés sains, sont renversés afin de redéfinir la sexualité féminine, brisant les stéréotypes culturels.

Les connotations de couleur et la représentation de la femme dans l’Art sont des thèmes fascinant dans l’Histoire de l’Art. Le mois prochain, j’étudierai et aurai le plaisir de partager avec vous la représentation de la femme à travers les yeux d’artistes feminines et la façon dont les femmes interprètent les couleurs pastel dans leurs œuvres.

Photo: webneel.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *