freitag-top-2

Oui, oui, vous avez bien lu. Je porte un débardeur biodégradable à 100%. Ce top “illusion blue” de Freitag a été fabriqué à partir de fibres extraites de plantes dont 58% en viscose et 42% en lin.
J’ai toujours pensé que la viscose était uniquement une matière synthétique alors qu’en faite, la viscose est à l’origine un textile végétal issue de celluloses de bois. Si de nos jours cette matière, également connue sous le nom de soie artificielle, est principalement produite de manière artificielle, Freitag a fait le choix de travailler avec House of Lenzing, laquelle produit de la viscose naturelle (Lenzing Viscose®) à partir de bois brut pour l’industrie textile. N’est-ce pas génial ?
Bien que la matière soit assez épaisse, elle reste assez souple et est confortable à porter. Sur ces photos, je portais le haut biodégradable lors d’une chaude après-midi à Genève. J’ai également porté ce top lors d’une randonnée en Grèce sous un soleil de plomb (voir photo sur Instagram ici) et à aucun moment je me suis sentie “étouffée” ni en sueur à cause de la matière, bien au contraire ! Grâce aux propriétés régulatrices de la température et de l’humidité des fibres végétales, ce débardeur est un must-have pour l’été.
Il est devenu l’une des pièces maîtresses de ma garde-robe estivale par sa simplicité, son confort et sa douce couleur bleu ciel.
Depuis que j’ai reçu ce top, je prête plus attention aux matières textiles et je suis plus attentive et consciente de l’importance d’une mode éthique.
Connaissez/Portez-vous des marques mode à dimension écologique ? Si oui, lesquelles ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire !

freitag-top

freitag-top-8

freitag-top-11

freitag-top-5

freitag-top-4
freitag-top-3

freitag-top-6

freitag-top-7

freitag-top-10

freitag-top-flatlay

Débardeur Illusion Blue de Freitag;
Short vintage Levi’s (autre Levi’s vintage ici et ici);
Canotier (similaire ici en soldes, avec une brande jaune, avec une bande bleue);
Bague vintage aigue-marine (similaire ici);
Ceinture vintage

Photos: Julian Calo

En partenariat avec Freitag *Opinions et texte m’appartiennent.